Accéder au contenu principal

6 ans, une FIV et un miracle

Voici un article ou plutôt une belle histoire qu'à bien voulut nous raconter une maman à qui je terrais le nom.

Cette histoire, cette maman vous la raconte à coeur ouvert....

Quand j'ai lut son histoire mais aussi celle de son mari, ma respiration était coupé, je lisais vite mais sans oublier aucuns de ses mots, aucunes de ses pensées et aucuns détails. Je vivais dans ses mots son histoire.

Cette histoire qui nous fait peur quand on se dit "ça y est nous sommes prêt à concevoir, à agrandir notre famille". Pour certains ça ne prendra que quelques mois ou pour d'autres juste le temps d'une fois ou un oublis de pilule. 

Mais eux, se sont connus au Lycée alors ils se sont dit qu'ils l'avaient le temps mais le temps pour eux est devenu leur pire ennemis et un agenda bien chargé.

6 ans!! 6 ans d'attente, 6 ans d'espoir, 6 ans de doute puis un miracle.

Je trouve important aussi de parler de ses couples qui mettent du temps a concevoir, qui doivent se faire aider par ses moyens de FIV ou dont de spermes ou encore les maladies comme l'endométriose.
Le pire c'est que le plus souvent cela arrive à des couples dont l'envie est plus fort que tout...

J'arrête de parler, je vous laisse vous guider à travers ses lignes (que je n'ai aucunement modifié). Merci par avance de partager cet article qui pourra j'en suis sure aider certains couples.


Photo internet du site Terrafemina

Quand tu m'as demandé de te raconter mon histoire, notre histoire, de décrire notre parcours, je me suis demandée, mais par où commencer...
car aussi bizarre que ce soit, on oublie...
et puis c'est pas si facile...

De quelle histoire s'agit-il? Avoir un enfant...c'est facile normalement... mais pour nous cela a été un véritable parcours du combattant...
et encore je suis consciente que pour certains c'est encore plus compliqué...
Par où commencer... je l'ai déjà dit ! :-) Par le début, la fin?
La fin, c'est plus facile :-)

Portée par ses ailes, une petite fée s'est posée sur le chemin de nos vies le 28 décembre 2013.
Depuis notre petite merveille exauce nos voeux chaque jour, des rêves plein la tête et des étoiles dans les yeux.

Tu l'auras compris, (mais tu le savais... ) je suis Maman, nous sommes Parents, d'un trésor, d'une merveilleuse petite fille, notre fille, notre Miracle : Mila.
Bruel chantait dans sa célèbre chanson "9 mois pour devenir" et bien pour nous cela aura mis 6 ans.
63 de plus...et que c'est long !!!!!


Genèse de notre histoire

Tout a commencé lors d'une rentrée en première, septembre 1997, ça remonte... deux regards se sont croisés... et tout a commencé en mars 1998, je savais que ce serait l'homme de ma vie et qu'ensemble on fonderait une famille...je le sentais au fond de moi mais j'ignorais que notre chemin aurait autant d'obstacles!
17 ans insouciants, nous commençons notre histoire, et apprenons ensemble, le bac, le permis, les premiers jobs, la fac, les sorties, les premières vacances, le premier appart, les voyages,  on découvre, on explore, on rit, on se souvient, on rencontre et on partage !
Lui, sportif passionné, elle, sur tous les fronts, amis, amants, amoureux plus que jamais, déjà 8 ans...si on nous avait dit ça...mais moi je le savais !

Et si on faisait 1+1 = 3 ?

Puis à 25 ans arrive la question, et si on faisait un enfant?? Oui, c'est pas un peu tôt? On a le temps? Les couples mettent en moyenne un an avant d'avoir un enfant, et avec la chance qu'on a on sera dans la moyenne ! et puis, nous sommes prêts, nous en avons envie !

Et bah, heureusement qu'on s'y est mis tôt ! lol

La première année, on ne s'inquiète pas, c'est pas une prise de tête, ni une obsession, lors de la deuxième année sans contraception, je consulte et en parle à mon gynéco, qui ne trouve pas la situation inquiétante, un contraceptif pris tôt peu influencé la reprise du cycle de la femme... Et me rassure même si à cet instant, nous nous posons aucune question et pour nous rien ne tourne pas rond!
Et puis arrive l'année de nos 28 ans et là, je me pose des questions, et je pose des questions, et à partir de ce jour, j'étais très loin de me doutais que j'allais mettre en route un drôle de processus...et que celui là allais durait 4 ans.

Un long chemin...un parcours du combattant

La machine est lancée, et là on ne sait pas ce qui nous attend, et surtout on est loin de se douter..
A partir de ce jour, l'agenda est notre ami, on doit tout noter, grâce à, vous savez les filles, ce fameux cycle!
Première étape, car pour avoir un enfant à ce stade, on vous parle d'étape et on ne doit surtout pas en passer une!
-  Stimulation par cachet avec prise de température, cette étape aura duré 1 an (2 fois 6 mois)
A ce stade, on ne parle pas d'anomalie, ni chez l'homme, ni chez la femme, mais peut-être une fécondation un peu paresseuse, d'où une stimulation.
Le moral est toujours bon, quelques interrogations mais dans notre couple, on se dit tout, nous sommes très complices et nous sommes solides.
Deuxième étape, celle des questionnements, pas de notre part mais celle des médecins.
- Antécédents personnels et familiaux, questionnaire, on nous pose des tas de questions? surtout à moi, est-ce qu'il y a déjà eu cette situation dans votre famille? Votre grand-mère, mère a t-elle déjà fait une fausse couche, eu recours à la PMA (Procréation médicalement assistée)?

J'en sais rien ! Il va falloir vous renseigner me répond le gynéco.

Alors comment vous dire que cette démarche me concerne, nous concerne...C'est un projet à deux et nous n'avons pas fait un communiqué de presse !
Alors oui, la question nous a déjà était posée... vous savez la fameuse : alors vous deux, depuis le temps que vous êtes ensemble, quand est-ce que vous nous faites un petit?
Oui, oui, on y pense, mais on a encore le temps... 

Je pars doucement à la recherche d'info pour le prochain rendez vous et je mène mon enquête, car je fais partie de ces familles ou pudeur et discrétion raisonne.
Et je ne veux pas inquiéter mes parents et surtout ma maman.
J'ai mes réponses, je suis contente, pas de souci dans la famille.
- Analyse de sang
Alors pour moi qui déteste les aiguilles et qui ai la phobie des piqûres je vais être servie.
On analyse un tas de trucs, mais on ne trouve rien...
Dites vous bien que les médecins raisonnent en terme de cycle, et on n'en a qu'un tous les mois.. à partir de ce moment là ça commence à devenir long mais tout va toujours bien dans notre couple.
On est plus soudé que jamais, et surtout on s'aime et l'amour peut faire des miracles...la preuve.
A ce stade, nous sommes toujours seuls dans notre projet,..amis et famille sont protégés.
Nous enchaînons les rendez vous, chez le gynéco (2/3 fois par semaine), le radiologue, à la clinique pour un tas d'examens : échographie intra-vaginale, hystérographie, endomètre, caryotype, puis spermogramme pour mon conjoint...(à l'époque on n'est pas encore marié!)
Pour être simple, on surveille mon cycle, on analyse mes trompes, puis mon utérus, et on en conclut qu'il y a une trompe un peu étroite et que pas de bol c'est de ce côté que j'ovule à chaque cycle depuis plus de 6 mois.
Du côté de mon mari, RAS tout est nickel.

Nous sommes été 2011 lors de ces conclusions et les médecins décident de laisser faire la nature encore 6 mois. Partez en vacances, prenez du recul....blablabla...
Mais on écoute, on part en Thaïlande, on est complètement déconnecté, on passe des vacances hors norme et rencontrons des personnes formidables, et que nous voyons toujours!
On visite des temples bouddhistes, on commence à prier...a espère et à se dire pourquoi pas...

Petite aparté de l'histoire: C'est ici où nous nous sommes rencontrés, nous connaissions un peu votre histoire et j'avais bien décelé du courage mais aussi un peu de détresse et d'aide dans vos yeux. Je me souviens vous avoir vu prier et je me souviens aussi vous avoir proposé ces cloches porte bonheur que nous voulions vous offrir et même si on n'y crois pas vraiment on encourage et on est là à notre façon.
"Ces cloches porte bonheur que l'on retrouve un peu partout en Thaïlande, servent à exhausser nos vœux lorsque l'on passe la main dessus en les faisant sonner."

On calcule les cycles, on compte les jours, on fait l'amour tous les jours, 2/3 fois par jour parfois, à ça on met toutes les chances de nos côtés, on s'épuise même...
Je me retrouve même à faire le poirier parfois... Qu'est ce qu'on ferait pas pour avoir un enfant...
Le moral commence à prendre un coup mais on est fort, on ne désespère pas...il y a encore des solutions, la PMA... et on fond de moi je sais qu'on ne va pas y échapper..

Les Inséminations artificielles

Mars 2012 : Tic tac... j'ai 31 ans et là on commence à vous parler de votre horloge biologique... le gynéco voit bien que ça ne marche pas, que je commence à m'attrister... alors il me, nous propose les inséminations, démarche administrative auprès de la Sécu, 5 inséminations autorisées...
Et la une nouvelle étape pour moi que je n'imaginais pas aussi difficile...

Mai 2012 : 1ère insémination

Il ne s'agit pas que d'inséminer les spermatozoïdes .. ça serait trop facile...
La première quinzaine du cycle j'ai des piqures d'hormones à faire tous les jours et des écho aux 5ème puis 7ème puis 10 ème jours pour surveiller l'évolution de mes ovocytes... et lorsque ceux ci atteignent 11 ou 12 cm une injection pour déclencher l'ovulation et à partir de là, mon homme ira le matin tôt faire son don de sperme à la clinique et moi je me présenterais le jour même en fin de matinée pour l'insémination.
Jusque là nous étions seuls dans notre bulle, avec parfois les questions pourquoi nous, pour quelles raisons...avec toujours les mêmes réponses calmes et sereines de mon chéri, ça sert à rien de se torturer... on aura pas la réponse, et c'est comme ça... on va y croire, on va se battre et ça va marcher....

Le jour où j'ai passé la porte du service PMA, et que j'ai vu tous ces couples dans la salle d'attente....je me suis dis à non nous sommes pas seuls..
Et que c'est important dans ces moments là de ne pas se sentir seul, c'est très égoïste... mais c'est rassurant...
On se regarde, on voit des visages marqués par l'expérience, des novices comme nous, on entend des pleurs, on aperçoit des sourires dans ces grands bureaux vitrés...
On ne sait pas en fait ce qui nous attend, même si notre gynéco est très pro, qu'il nous préserve et qu'il est confiant... c'est nouveau!
Et puis, premier échec, première déception, mais on se dit que c'est la première, que ça ne marche pas à tous les coups...

Et puis juin, idem

Juillet /Août on part en vacances, donc processus pas possible.

On reprend en septembre, puis octobre : je fais un burn-out !

J'en ai marre de toutes ces piqures, de tous ces rendez vous, de ces allers/retours, j'en peu plus!
Et je dois faire attention à ce que je mange, car avec toutes ces hormones et bien on prend du poids...on se sent plus fragile...et ça ne me ressemble pas!
On va chez le gynéco comme d'habitude et là je lui dis j'arrête, j'en peux plus, ça ne marche pas, Dame nature n'est pas avec moi, tanpis je n'aurais pas d'enfant, je ne serais pas maman, je ne suis pas la seule, j'apprendrais à vivre avec!

Et je me marie l'année prochaine, je veux que cet événement soit magique, je ne vais pas me pourrir l'esprit avec tous ses rendez vous, ces injections, ces humeurs changeantes...
Il me répond qu'il reste une insémination possible...je la refuse.
Mon futur mari est avec moi, il est autant dessus que moi, mais il sait que c'est moi qui subit et qui endure... et me laisse gérer et comprend mes choix. 
Il ne veut pas me voir souffrir, car à ce moment la je souffre...

Et mes 3 meilleures amies sont enceintes, et en même temps, une pour janvier 2013, l'autre février 2013 et la dernière pour mars 2013. J'ai pour chacune su qu'elle était enceinte avant qu'elle me l'annonce, j'ai toujours été ravie pour elle sans aucun mauvais sentiment à leur égard.
Je m'occuperais de leurs loulous et serait une bonne tata!
Le gynéco pense que c'est dommage de tout arrêté, il me dit que j'ai fait le plus dur, il demande à mon conjoint de me raisonner... mais j'ai plus envie.
Je craque, je ne veux plus voir personne, veut rester chez moi...et pleurer....
Il me propose de passer la fin d'année tranquille, de souffler, et revenir le voir début d'année 2013.
Ok marché conclu.

A cet instant, notre entourage (parent et amis proches) est au courant de notre démarche, ils sont importants pour nous, ils sont présents mais pas envahissants. Ils n'osent pas poser de questions, mais j'arrive à leur parler sans complexe; et je leur annonce que je fais un break, que j'en peux plus...ils me comprennent et me soutiennent...
Pendant ces 2 mois, je monte à Paris acheter mes chaussures aux semelles rouges pour mon mariage, je choisis ma robe de mariée, on trouve le traiteur, on lance les faire part.... et on ne pense plus bébé....je me sens mieux... même si l'idée d'être maman est toujours dans un coin de ma tête, ce n'est plus mon leitmotiv du moment... Priorité MARIAGE!

FIV

Mi janvier 2013, je rappelle mon gynéco comme convenu, je suis sereine.
Je lui dis que je suis prête pour la FIV(Fécondation in vitro), que je ne souhaite pas la 5ème insémination.
Il m'approuve et me dirige vers un de ses confrères, le meilleur de la région, il a des résultats étonnants.
Le premier bébé né, un petit Tom...

Février 2013, naissance de ma filleule, Louane, le jour où nous avons rendez vous avec ce nouveau gynéco, il étudie mon dossier, me demande de faire de nouveaux examens et de nouvelles injections sur le cycle de mars car pour février c'est râpé et que si tout est ok la FIV sera pour avril.
Mars, la petite Léa arrive, mes examens sont bons, les injections ont commencé, je suis toutes les 48h à la clinique.
Et on me dit enfin que mon hospitalisation sera pour le 02/04.
Lors de mon anesthésie générale, je suis la première à passer et le gynéco est bienveillant avec moi, moi je suis sereine et confiante... Je me marie dans un mois et suis sûr que ça va marcher...
Mes amies me trouvent d'ailleurs trop confiantes et on peur de la chute... (elles me le diront qu'après...)
Je me réveille sans souci, l'infirmière me dit que tout s'est bien passé, que mon conjoint m'attend en chambre, on va m'y emmener et j'y resterais jusqu'à midi.
Une psychologue passe nous voir pour nous vendre gentiment ses services et nous demander comment on va, on va bien, mais vraiment!
Le gynéco arrive avant que je quitte ma chambre, il me donne un arrêt maladie de 10 jours en me disant qu'il a ponctionné 19 ovocytes ! A ça marche les hormones! et que les biologistes me contactent dans les 24h, que je rentre et me repose.
Le lendemain à 11h, la biologiste m'appelle pour me dire que sur les 19 ovocytes ponctionnés, 7 étaient vides, 12 ont été fécondés, 6 non pas évolués normalement.
Il en reste donc 6 à surveiller, qu'il me rappelle demain matin vers 9h pour nous dire s'ils ont se déplace ou pas pour 11h.
Nous sommes le 04/04/2013, 9h le téléphone sonne, un peu stressée mais toujours confiante, la même biologiste, elle ne me dit rien sur l'évolution des ovocytes, mais nous demande d'être là pour 11h.
Yes! une bonne nouvelle...mais on s'enflamme pas!
11h précises on y est! Nous sommes attendus, on nous explique, que sur les 6, 2 ont arrêtés de se développer après les 24h et que sur les 4 restants, 3 n'ont pas évolués correctement et qu'il y a défaillance.
Seul un ovocyte s'est développé normalement et de manière régulière, et que c'est celui là que l'on va m'inséminer et que malheureusement il n'y aura pas d'ovocytes congelés pour une deuxième grossesse.
Ah oui, il y a une grosse perte... mais rappelons nous ce que le gynéco nous a répondu quand on lui demandé si la quantité était importante.
"Le plus important n'est pas la quantité mais la qualité. Quand vous allez au marché acheter des pêches, vous avez le choix d'acheter un cageot avec plein de pêches pour pas cher, mais vous allez en jeter la moitié et les autres manqueront de goût et de jus, alors que si vous les achetez à la pièce, vous payerez plus cher, mais vous les choisirez et à la dégustation elles auront du goût et seront bien juteuses"
Ok, elle est là notre petite pêche, notre précieuse.
LONGUE ATTENTE
L'insémination se passe bien. Le gynéco me conseille de rester coucher 3 jours, d'éviter la voiture, le sport, le port de charges lourdes...et surtout de prendre soin de moi.
Il me donne une ordonnance pour une prise de sang le 17/04 et une autre pour le 19/04.
On rentre tranquillement, mon conjoint est au petit soin, il me laisse au lit ou dans le canap pendant 5 jours, il fait tout et me répète sans cesse de me préserver, que nous sommes pas loin du but donc on met toutes les chances de notre côté!
Je sens qu'il se passe quelque chose dans mon ventre, dans mon corps... mes seins sont très sensibles... j'en parle à on conjoint mais on ne s'enflamme pas.
Je reprend le travail sereinement , mais j'ai hâte tous les jours d'être au 17/04. Je suis comme une gamine qui ouvre son calendrier de l'avant tous les jours et qui a hâte d'être à Noël pour ouvrir ses cadeaux.
Ca y est on est le 17/04, alors moi qui ai toujours du mal à me lever, je peux te dire qu'à 7h j'étais devant le labo. Pour la première fois de ma vie, je suis impatiente et ravie d'avoir une prise de sang!
L'infirmière me dit que le résultat sera sur le site pour 17h, elle comprend que ce résultat est important pou moi, en même temps, elle a l'habitude de me voir, et connaît mon parcours...
Je pars travailler, avec un sentiment de bonheur et de légèreté, la matinée est longue, je ne rentre jamais mangé chez moi, mais là je décide de rejoindre mon conjoint qui lui rentre tous les midis chez nous.
Et la je décide d'aller sur le site du labo, "j'entends encore mon conjoint qui me dit... ne sois pas trop pressée... il n'est pas 17h " et à ce moment là, les résultats sont là !
Alors là tout me traverse le corps, la peur, l'excitation, la joie, je saute, je tape des pieds, de me cache les yeux, je n'ose pas cliquer que le format pdf, et je me souviens de la phrase du gynéco, "votre HCG doit être supérieur à 49 "
On est tous les 2 devant l'ordinateur, je clique, j'ai peur, j'ai hâte ... le document s'ouvre et là je vois 75.... je crie, je pleure, je saute de joie dans les bras de mon conjoint qui me dit "attend attend, tu es sûre... "et je répète en boucle "il m'a dit au dessus de 49 au dessus de 49"
La pression retombe, on n'y croit pas, alors j'appelle le gynéco qui m'avait donné son numéro de portable,

"Allo, Mr..., Je suis...
oui qu'est ce que je peux faire pour vous,
j'ai le résultat de ma prise de sang,
déjà je lai pas reçu encore,
je suis sur internet, mon taux est à 75, ça veut dire quoi,
félicitations vous êtes enceinte!
Vous êtes sûr?
oui je suis sûr,
je fais la prise de sang de contrôle après demain,
vous n'avez pas besoin de la faire vous êtes bien enceinte,
si si je la ferais quand même ! Merci beaucoup"

On se sert fort avec mon conjoint, je pleure, on se regarde, ça y est on là notre bonheur...
Je repars au boulot, je suis sur un nuage, mais je me dis prudence...j'attends le 19/04.
Encore 2 longues journées à attendre...

Le 19/04, deuxième fois de ma vie que j'attends avec impatience que l'on me fasse une prise de sang... l'infirmière me demande le résultat je lui dis. Elle est ravie pour moi, et me dis la même chose, résultat vers 17h.
Je reviens le midi, et là déception à la connexion... pas de résultat...on retourne travailler en attendant encore 17h... de retour vers 17h30, connexion, les résultats sont là, nous sommes comme deux gosses.... on clique et là le taux est 121.

C'est bon, je suis vraiment enceinte! Mais je rappelle le gynéco quand même, j'ai besoin d'être rassuré et d'avoir son avis.
Il me re-confirme que je suis bien enceinte, et que je peux reprendre rendez vous avec mon gynéco qui est obstétricien pour suivre l'évolution de ma grossesse car je vais être surveillée.
Je suis submergée de bonheur, nous sommes heureux, à 1 mois1/2 de notre mariage, Dame nature nous fait un magnifique cadeau.
Nous nous déplaçons chez nos parents pour leur annoncer cette merveilleuse nouvelle, mon frère est prévenu par téléphone, car il est en déplacement pour son travail et les amis reçoivent un long et beau texto, et nos téléphones fusent...
Ma grossesse a été ensuite annoncé au grand jour le jour de notre mariage.
Nous n'avons pas eu la superstition des 3 mois... tout le monde était heureux pour nous, c'était un bébé attendu pour un couple, mais aussi pour toute une famille de sang mais aussi de coeur.
Ma grossesse s'est très bien passée, j'ai été sereine, j'ai appris à prendre soin de moi et à écouter mon coeur et mon corps.
Mon couple était harmonieux, nous avons préparé la venue de ce miracle dans la joie, la sérénité, la bonne humeur...

Et mon accouchement a été de même... 2013 était notre année BONHEUR !

CONCLUSION


Il ne faut jamais perdre espoir... et ne jamais focaliser sur une même idée... mais surtout s'aimer et s'écouter


Commentaires

  1. Très belle et émouvante histoire !

    RépondreSupprimer
  2. Très beau et très belle conclusion ! Bonne continuation à ce couple et leur bébé :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Voici les articles que vous avez le plus aimez

Aïe Aïe!! Enceinte mon ventre me gratte!!

Récemment on m'a demandé si mon ventre m'avait gratté pendant ma grossesse!!! Après un petit moment de réflexion effectivement mon ventre m'a gratté pendant presque toute ma grossesse mais surtout au début. Cela avait commencé autour du nombril puis c'était dispersé au fur et à mesure de ma grossesse autour de mon ventre, un peu mes seins mais aussi mes fesses alors c’est vachement pratique dans les transports ;)
J'avoue avoir oublié ce détail!! On oublie mais je pense qu’il est intéressant et important de savoir pourquoi et à quoi cela est due surtout que ça peut être une sensation désagréable ou presque !
Pourquoi cette sensation?
Cette sensation est bénigne et classique. Elle est tout simplement due à la peau de votre ventre, de vos fesses ou encore de vos seins qui s'étire au fur et à mesure de la grossesse et l'évolution de votre corps (prise de poids). La peau se déshydrate et devient plus sensible ce qui provoque cette sensation désagréable de démangeais…

Témoignage d'une ancienne grosse. Vaincre l'obésité son combat...

Aujourd'hui, j'avais envi de vous partager la superbe évolution d'une jeune femme qui en a bavé durant toute son adolescence à cause de son poids. Et ce même si elle a un visage d'une extrême beauté, elle en a souffert. On peut ressentir dans son écrit qu'elle a prit beaucoup de recul et parfois nous parle avec humour mais on peut sentir encore cette fragilité, cette sensibilité et ce besoin de dire "merde" à la vie. J'ai rarement rencontré ou vu des personnes aussi motivée voir déterminée à obtenir ses objectifs afin de se sentir bien dans sa peau mais aussi dans sa tête.
Je ne vous cache pas que j'ai mit du temps avant de le lui demander car je m'étais dit que ça ne devait pas être facile d'en parler ici. Lucie est généreuse et agréable et elle a accepté d'en parler et de répondre à mes questions sur lesquelles j'ai parfois eut du mal à mettre des mots par peur qu'elle le prenne mal ou qu'elle se renferme mais je suis fièr…

Une petite séance de réflexologie pour soulager les maux de mon bébé

Aujourd'hui j'aimerai vous parler et vous proposer un moment de soulagement et de partage entre vous et votre bébé.



On le sait toutes et tous que la relation entre la maman et son bébé à la naissance est fusionnelle (même si les papas s'impliquent beaucoup aujourd'hui mais c'est comme ça, le bébé à besoin d'être guidé par sa maman surtout au court de ses premiers jours).
Nous avons nous aussi en tant que nouvelle maman besoin d'être guidée, de savoir quoi faire, comment et quand! C'est notre bébé que nous portons dans nos mains et nos bras alors il faut pouvoir savoir comment le soulager ou en tout cas essayer avec des gestes simple et doux NEXT les médicaments (si possible)...
Prendre confiance en soi c'est important mais pas évident! Il faut créer un climat de confiance avec des moments privilégiés entre notre bébé et nous (et c'est pareil pour les papas). C'est pourquoi le massage de bébé est important et il peut devenir un rituel quotid…

Une main sur sa peau ; affronter les maladies infantiles

Cette fois-ci, ma main n’aura pas besoin de se poser son son thorax pour essayer de filtrer la cadence de sa respiration ni même tendre mon oreille pour écouter son souffle!

Il était 1h34 du matin, la nuit était sombre et nous à peine ensommeillés mais un ouragan pointait le bout de son nez sous nos yeux! 
Sa respiration était devenue un éclair foudroyant et son souffle venait balayer les volets et claquer la porte de la chambre! Le son était mauvais et le bruit infernal! 
Comment allions nous gérez ce passage critique et blessant?! 
~~~~~~ Nous avions tout essayé et nous pensions comme à chaque grosse poussée dentaire à un gros rhume et peut être une otite comme souvent Matt nous avait donné l’habitude de faire!  Sauf que cette nuit là, ce n’étais pas comme d’habitude et il nous l’a fait comprendre! Cette même nuit a 2h27, je finis par le prendre avec moi, dans le salon posés sur le canapé, moi en position assise et lui sur moi, sa tête sur mon épaule! Il respire déjà mieux, mes yeux se…

Une maison vide, une grande première fois sans lui et de délicieuses retrouvailles #holidays

J'attendais ce jour avec impatience, ce dernier jours de vacances et certainement un des vrais premiers jours qui signait le début de l'automne. Celui ou il pourra courir dans les feuilles aux couleurs à la fois cuivre, orangé ou encore légèrement vertes. Ces feuilles dont certaines se feront magnifiquement transpercer par la lumière d'un soleil incertain d'un mois d'octobre et pour lequel le bruit du craquement de leurs feuilles chanterait dans nos oreilles comme une douce musique.

J'attendais avec impatience ce soir ou le calme pourrait régner dans ma maison. Je rêvais de ce moment de répit où j'arrêterai de punir et de crier, celui aussi ou les négociations ne seraient plus, les non au lever, les non pour s'habiller ou aller aux toilettes, les non aux vidéos ou à un bonbon alors qu'il n'est que 6h30 du matin ou encore 19h le soir!
Je rêvais de cette maison calme et j'étais persuadée que ce calme serait appréciable et m'apaiserait enfin.